Collectif Createurs Essaouira

phares Salah Azouitine, jeune artiste engager qui vie a Essaouira, décryptage : Aicha Kaddech

Coup de cœur de la semaine.

 

Essaouira, la secrète,  envoûtante, la désarmante…nous cache parfois quelques talents.

Salah Azouitine, jeune artiste engager, nous vient de Marrakech sa ville Natale, et sa tombe bien, car c’est à Essaouira qu’il aime grandir.

Après des études en littérature française, puis quelques activités dans la gestion hôtelière, Salah veut s’exprimer.

S’exprimer à travers la musique. Une de ses passions qui l’a bercé durant son enfance entre un papa aux oreilles traditionnels et une maman curieuse en musique occidentale.

Aujourd’hui, et tout prochainement deux « Single » sont sur le point de sortir des studios d’enregistrement Elys Record (MARRAKECH)

« Tell me », puis « Why » sont des inspirations de Salah ; des histoires de vie qu’il veut partager avec le plus grand nombre. Auteur et interprète, Salah s’appuie sur le « Mao » comme son électronique. De l’électro-pop, en quelques sortes, rendues humaines et touchantes par l’expression vocale de ce jeune talentueux artiste.

 

A la fin de cette année 2016, nous pourrons sans doute écouter son album entier intitulé « mon âme », chanter en français et en anglais en ayant parfois son producteur Elys, comme accompagnant vocal.

Salah est à son deuxième album. Le premier, ayant été fait en 2010, avec une tournée au Maroc et en Europe. A cette époque quelques musiciens l’entouraient et ses textes étaient chantés en arabe.

 

Pour aller plus rapidement, et plus franchement dans ce qu’il aime, notre artiste a préféré au« classique conservatoire », le MASTER CLASS, une formation sur deux ans, lui permettant d’être au diapason avec son souhait musical.

A savoir également que Salah a vécu en Angleterre, berceau d’une musique mondialement connue, il est certain que l’inspiration, voir une légère influence raisonne encore dans son cœur.

 

Nous aurons la chance « inschallah » d’entendre en live, la prestation de Salah Azouitine, à Essaouira sur notre belle place Moulay Hassan, en août, puis à Marrakech en septembre, sur la place du 16 novembre.

 

En attendant nous luis souhaitons « tout me bonheur du Monde ».